Parcourez la page

Brian

“Il est pénible de passer autant d’années à cacher soi-même.”

" Il est pénible de passer autant d'années à cacher soi-même".

Brian a 25 ans, il est Ougandais, mais il y a quelques années, il a fui au Kenya à cause de son homosexualité. Les difficultés de la vie quotidienne sont malheureusement les mêmes, mais - contrairement à l'Ouganda - au Kenya, il n'est pas un crime d'être homosexuel.

Ce n'est pas facile pour Brian de raconter son histoire, mais il a décidé de le faire parce que lorsqu'il était enfant, il aurait voulu savoir qu'il n'était pas seul.

"J'entendais ce que les gens de mon village disaient à propos des homosexuels et espérais ne pas en faire partie. Mais à un certain moment, lorsque j’étais à l’école primaire, je me suis senti différent des autres élèves de ma classe. J'ai tellement prié pour que ça passe, mais rien n’a changé, ce n'était pas un sentiment temporaire.

Quelques années plus tard, je me suis donc enfui de chez moi et j'ai emménagé chez des amis. Ma famille me regardait comme si je n'étais plus le même, comme si je n'étais même plus un être humain".

Les choses ont empiré pour Brian en 2014, lorsqu'il a participé à une marche des fiertés. À cette occasion, en plus d'un article publié dans un journal local sur la communauté homosexuelle, une photo de Brian et un texte sur lui ont également été publiés : juste quelques jours auparavant que son ordinateur soit piraté. C'est alors qu'il a décidé de fuir au Kenya, parce que les choses allaient mal pour lui et qu'il se sentait en danger.

Il porte encore son bracelet en tissu aux couleurs de l'Ouganda, le pays où il est né, même si pour lui, l'Ouganda n'est plus sa maison.

Beaucoup de gens lui demandent pourquoi il a émigré : "Pourquoi es-tu venu ici, s'il n'y a pas de guerre dans ton pays ?"

"D'habitude, je dis que je suis venu ici pour faire mes études. Puis, dès 2015, avec quelques amis, nous avons décidé de rejoindre un groupe d'activistes homosexuels : à partir de ce moment-là, ma vie a radicalement changé, puisque je me suis rendu compte que je n'étais pas seul et que d'autres avaient une histoire assez proche de la mienne. Cette expérience a été très significative pour moi, car elle m'a permis de mieux m'accepter et d'avoir plus de confiance en moi.

Maintenant, après avoir suivi un cours de ActionAid à Nairobi, je travaille avec d'autres militants pour mener des campagnes contre le VIH. Souvent, nous organisons aussi de petits événements pour discuter de comment changer l'image négative que beaucoup ont vis-à-vis des homosexuels. Il y a encore du pain sur la planche, mais je suis confiant."