Parcourez la page

Femmes migrantes et exploitation

Violence, pauvreté et droits niés.

Mondes Connectés

ActionAid Italia a créé le rapport "Mondes Connectés", qui parle des femmes nigérianes victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle. Le rapport analyse les témoignages de femmes victimes de la traite en Italie et au Nigéria et révèle à quel point leur réalité quotidienne est intimement liée à la violence et à la pauvreté, au manque d'éducation et de travail et à l'inégalité d'accès aux droits fondamentaux, tels que la santé.

Pour ces femmes, la migration semble être l'une des rares possibilités de rechercher leur propre rédemption. Malheureusement, beaucoup d'entre elles font confiance à des personnes sans scrupules et sont victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle.

L'OIM - Organisation internationale pour les migrations - estime qu'environ 80% des filles qui quittent le Nigéria pour l'Italie sont des victimes potentielles de la traite à des fins d'exploitation sexuelle.

Les menaces sont l’une des principales raisons pour lesquelles, une fois arrivées en Italie, ces filles n’échappent pas à la volonté de ceux qui les forcent à se prostituer, poussées par la crainte qu’un tel choix ne leur coûte leur vie.

Dans le rapport "Mondes connectés. La migration féminine du Nigéria vers l’Italie et le sort des femmes rapatriées "- écrit conjointement avec BeFree - Coopérative sociale contre la traite, la violence et la discrimination - nous analysons le phénomène et les causes qui poussent les femmes à migrer du Nigéria vers l’Italie, avec un attention particulière au rôle que joue la violence sexiste dans ce contexte.