Parcourez la page

Yolanda

Nous les femmes ne faisons qu’un et nous devons être unies.

Yolanda a 35 ans et elle a divorcée de son mari après avoir subi des violences domestiques pendant des années. Elle est mère de trois enfants de 14, 10 et 3 ans et elle est aujourd'hui directrice du centre anti-violence de Marracuene: elle est heureuse de pouvoir aider les femmes en difficulté, car, comme elle nous l'a elle-même dit: "Nous, les femmes, ne faisons qu’un et nous devons être unis ".

Son mariage a duré 8 ans et durant ces années, son ex-mari l'a maltraitée et battue parce qu'il ne voulait pas qu'elle étudie: "chaque fois que j'insistais pour aller à l'école, il me battait".

Après 8 ans de violence, Yolanda a décidé de divorcer de son mari car elle ne pouvait plus supporter la situation. Il a refusé de signer les papiers du divorce en raison du partage des biens. Pour sortir de cette situation, elle a laissé tout ce qu'elle possédait et a fui cette relation destructrice avec rien de matériel, mais avec ses trois enfants à partager ce moment traumatisant.

Yolanda-750

Après avoir quitté sa maison, elle a trouvé refuge dans le centre d'ActionAid et a essayé de recommencer une nouvelle vie, mais il n'a pas été facile de recommencer en tant que mère divorcée, tant qu’il n'est pas facile au quotidien d'être une mère divorcée au Mozambique.

Malgré tout, aujourd'hui Yolanda est heureuse, car elle est enfin libre, personne ne la maltraite et elle peut se consacrer à ses enfants. Il nous a dit: "Chaque jour, j'essaie de donner tout l'amour dont je suis capable à mes enfants pour les aider à surmonter ce traumatisme".

Yolanda a réalisé son grand rêve: construire une maison pour elle et ses enfants, un endroit simple pour se sentir en sécurité. Mais en plus de la construction de sa maison, elle a un autre grand rêve: pouvoir aider toutes les femmes qui ont subie de la violence dans sa communauté et les soutenir dans la dénonciation et la gestion des violences subies.

En tant que directrice du centre anti-violence ActionAid et en tant que femme qui a subi de la violence pendant des années, Yolanda connait les besoins des femmes mozambicaines, où 8 femmes sur 10 subissent des violences. Ce qu'il faut, c'est un endroit sûr où on peut passer la nuit quand on ne veut pas rentrer chez soi, où les maris maltraitent leurs femmes; des travailleurs sociaux qui peuvent soutenir les femmes, afin qu'elles ne se découragent pas et trouvent la force de continuer et de tout faire pour sortir de leur condition; des policiers pour pouvoir dénoncer la violence et rendre les agresseurs à la justice.

Aider les femmes qui en ont besoin est pour Yolanda un immense plaisir, ou bien, c'est sa mission. Elle-même nous a dit: «Aujourd'hui, je ne veux pas qu'une femme soit dans ma condition, mais que chacune d'elles reçoive l'aide qu'elle mérite, puisse se débarrasser de ceux qui lui ont fait du mal et espérer à nouveau de pouvoir construire une vie meilleure. "