Parcourez la page

L’histoire de Fatou

Nous souffrons à cause d’un changement climatique provoqué par des autres.

Survivre au changement climatique

Fatou Keita, 32 ans, est agricultrice et gère son ménage à Bakho, commune de Dimboli, département de Kédougou, Sénégal. Elle vit avec sa famille, y comprises ses trois filles.

Fatou est active dans sa communauté. Elle est membre du cercle local de réflexion et d'action mis en place par ActionAid et son partenaire local KEOH. Elle est impliquée dans toutes les activités menées localement par ActionAid, car ce cercle constitue le cadre de toutes les prises de décision et de responsabilité dans les activités menées localement par ActionAid.

La communauté de Bakho ressent déjà les effets du changement climatique. Selon Fatou, cela conduit à des problèmes d'autosuffisance alimentaire, de terres dégradées par l'érosion hydrique, de lavage de l'or traditionnel et d'apprentissage pour devenir résilient au changement climatique.

Quand on lui demande ce que le changement climatique signifie pour elle, Fatou déclare: « Pour moi, le changement climatique est la reconnaissance du bouleversement total dû à la saison sèche des pluies, de la variation des températures et des nombreuses tempêtes, ainsi que de la chute des récoltes ».

Le climat ayant changé, la communauté de Fatou ne peut plus reconstruire son capital de démarrage local car les semences commencent à disparaître. La culture du mil et du riz nécessite beaucoup d’eau, mais il n’y a pas autant d’eau qu’auparavant. Pourtant, ces deux céréales font partie intégrante du régime alimentaire local. Les terres arables sont diminuées et disparaissent à cause de l'exploitation minière traditionnelle, tandis que les récoltes sont considérablement réduites.

Pendant la saison sèche, l’accès à l’eau potable devient difficile, nécessitant un aller-retour de quatre kilomètres sur une route très accidentée. En mai, la saison la plus sèche de l'année, les choses deviennent très difficiles pour la communauté. Fatou a déclaré: "Nous sommes confrontés presque, dirais-je, à la famine, car nos cultures sont épuisées, l'eau devient très rare et souvent polluée - trois repas par jour ne sont plus garantis."

Lorsque la saison des pluies termine deux ou trois mois plus tard, les inondations détruisent la plupart des plantations car les terres agricoles se trouvent au bord de la rivière et la rivière est souvent inondée après les fortes pluies. Fatou décrit comment elle et sa communauté s'adaptent au changement. Elle déclare: « Nous protégeons notre village en utilisant des cordons pierreux et en adoptant d'autres techniques culturelles avec le soutien du partenaire local KEOH. Nous discutons souvent de ces thèmes lors des réunions de notre Cercle. » Si les choses s’améliorent, la communauté de Fatou apportera des changements: stabilité et équilibre des aliments, retour de l’accès aux semences et aux habitudes alimentaires locales, restauration et fertilité des sols cultivables. «ActionAid nous soutient beaucoup dans nos changements de comportement, notre connaissance de nos droits, notre plaidoyer et nos campagnes. Nous espérons également qu'ils continueront à nous soutenir car les défis sont nombreux », a-t-elle déclaré. Malgré la situation désastreuse, Fatou dit que son gouvernement ne fournit aucun soutien. Elle dit que seul ActionAid aide dans son village, enseigne des techniques de résilience et les aide à apprendre à utiliser les informations météorologiques.  Comme message de Fatou aux dirigeants mondiaux lors du Sommet de l'ONU sur l'action pour le climat, elle déclare: « Les pays développés sont responsables de la pollution de l'atmosphère. Il est temps d'agir, la lutte contre le changement climatique n'aura succès que si nous modifions notre comportement face à l'environnement. Nous souffrons seulement, la justice climatique n'existe pas pour moi. »