Parcourez la page

On est sérieux

Protéger les droits des femmes dans les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Pollution, accaparement des terres, exploitation des travailleurs, violence contre les défenseurs des droits de l'homme et autres comportements illicites - les entreprises multinationales parviennent souvent à éviter toute conséquence pour de telles violations des droits de l'homme et les impacts environnementaux liés à leurs activités. Pour les femmes, cela peut être un problème encore plus important, en particulier pour celles qui vivent dans la pauvreté et les communautés marginalisées des pays du Sud du monde.

Les impacts négatifs des activités des entreprises sur les droits humains ne sont pas neutres en termes de genre. Les activités commerciales peuvent entraîner des préjudices et de la discrimination de genre, exacerber les rôles et les structures inéquitables existantes au sein d'une communauté et créer une discrimination supplémentaire fondée sur les identités telles que la race, la classe, l'âge, la caste, le statut de migrant, l'orientation sexuelle, l'identité de genre ou la localisation géographique. Lorsqu'elles demandent de l’aide, les femmes sont confrontées à des obstacles supplémentaires en raison des normes patriarcales.

Il est nécessaire de créer des normes afin d’identifier ces entreprises pour qu’elles rendent compte des effets négatifs de leurs activités sur les femmes. Sans ces changements, nous risquons d'adopter des mesures qui laisseront les femmes derrière.

Cet article explique pourquoi une telle approche est nécessaire et comment les États et les entreprises peuvent intégrer des normes adaptes en matière de droits de l'homme, tout en tenant compte des spécificités de genre.

Lire le rapport (en anglais)

 
Crédits photo: Daniel Jukes/ActionAid